Revenir à l'accueil

UNE : Ecolo discutera surtout de Bruxelles, la Wallonie "ne risquant pas de bouger"

 
 
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité
 

UNE

 

Actu

 

Sports

 

Régions

 

Medias

 

Buzz

 

Conso

 

Lifestyle - People

 

Retour aux articles

 
Retour au sommaire de la page
Page d'accueilUNE
 

Ecolo discutera surtout de Bruxelles, la Wallonie "ne risquant pas de bouger"

La co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, a indiqué lundi que son parti allait continuer les discussions sur la bonne gouvernance.

La co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, a indiqué lundi que son parti allait continuer les discussions sur la bonne gouvernance.

"Mais du côté wallon, ça ne risque pas de bouger tout de suite donc nous allons davantage nous concentrer sur Bruxelles", a-t-elle précisé à la sortie d'un bureau politique des Verts qui aura duré deux heures à Bruxelles. Les discussions à Bruxelles impliqueront dès lors Groen, les écologistes néerlandophones. "Les 17 propositions mises sur la table par Ecolo ont déjà été discutées avec Groen", a souligné Mme Khattabi. La seule nouveauté est l'implication des néerlandophones dans les discussions sur la bonne gouvernance.

Par rapport à l'appel du président de DéFI, Olivier Maingain, dimanche, à établir un cahier des charges avec Ecolo pour forcer les autres partis à se positionner sur la gouvernance, Mme Khattabi a confirmé qu'elle ne voyait "rien de neuf sous le soleil". "Notre ligne est claire depuis le début, nous discutons avec l'ensemble des partis et (l'appel de M. Maingain) s'inscrit" dans ce cadre, avait-elle souligné à son arrivée au bureau.

Elle a précisé à sa sortie qu'elle n'avait pas encore reçu d'invitation formelle de la part de DéFI pour discuter. "Ce qui nous intéresse est que les lignes bougent. A partir du moment où cela avance, nous applaudissons", a-t-elle commenté.

Avec le parti amarante, "cela risque d'aller plus vite (qu'avec le MR et le cdH, ndlr)", a encore ajouté la co-présidente des Verts. Mme Khattabi "n'imagine pas que M. Maingain tende la main" à Ecolo sans être d'accord avec leurs propositions. Du côté wallon, des avancées risquent d'être plus difficiles à obtenir, "le MR et le cdH restant sur leurs positions", jugées insuffisantes par les écologistes jeudi dernier.

Depuis que le cdH a appelé, le 19 juin, à former des majorités sans le PS en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles, Ecolo a érigé la bonne gouvernance comme priorité avant de discuter d'éventuelles majorités gouvernementales. Les partis humaniste et libéral négocient depuis pour constituer de nouveaux gouvernements, ils ne disposent cependant à deux d'une majorité qu'en Wallonie.


cdH et MR poursuivent leurs négociations dans la discrétion

Après un week-end déjà studieux, cdH et MR ont repris lundi leurs négociations en vue de former de nouvelles majorités francophones.

Ces discussions sont organisées à Bruxelles dans un lieu qui n'a pas été révélé pour assurer la discrétion et la sérénité des échanges.

Cette rencontre a rassemblé les chefs de cabinet des présidents Chastel et Lutgen, appuyés par quelques experts.

Les présidents du cdH et du MR se sont aussi vus ce lundi, a indiqué le porte-parole du cdH selon qui "d'autres réunions auront encore lieu dans la semaine".

Dans un communiqué, le MR a fait savoir lundi en début d'après-midi qu'Olivier Chastel avait reçu mandat du Conseil du parti pour "poursuivre les négociations en vue d'aboutir à un accord en Wallonie".

"Il en appréciera le contenu avant d'en faire rapport aux instances du Mouvement Réformateur", appelées à valider tout accord de participation à une nouvelle majorité.

A Bruxelles, la situation restait lundi toujours des plus incertaines.

Samedi, la ministre cdH Céline Fremault a appelé l'ensemble des partis à former une majorité alternative sans le PS. Un appel que le président de DéFI, parti incontournable pour la formation d'un nouveau gouvernement à Bruxelles, a toutefois jugé "prématuré".

Olivier Maingain dit plutôt vouloir prendre contact avec Ecolo pour élaborer une série de propositions conjointes en matière de réforme de la gouvernance qu'ils proposeront alors aux autres partis. Les deux formations se verront d'ailleurs mardi à 14h30 au Parlement fédéral pour en parler, a indiqué M. Maingain.

Réunie en bureau politique lundi, la fédération bruxelloise du parti socialiste a saisi la balle au bond.

"Pour le PS, pas de tabous! Nous plaidons l'exemplarité dans notre Région et nous soutiendrons toutes les initiatives qui s'inscrivent dans cet objectif", a-t-elle réagi dans un communiqué.

Le PS bruxellois rappelle à cet égard une série de propositions déjà avancées ces derniers mois, tant au Parlement bruxellois via le groupe de travail "Picqué", qu'au sein de la fédération, ou encore via le ministre-président Rudi Vervoort sur base d'une étude commandée auprès du Cevipol (ULB).

Les socialistes annoncent d'ailleurs vouloir déposer une série de textes en matière de gouvernance dès cette semaine au Parlement bruxellois.

"Quel que soit l'avenir du gouvernement bruxellois, nous sommes prêts à la radicalité pour changer les modes de gouvernance dans quel que domaine que ce soit. Et ainsi faire de Bruxelles une Région exemplaire", conclut le PS bruxellois.

 
 

 
Retour au début de la page
 

Outils

 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page