Revenir à l'accueil

UNE : La pipe de Magritte revient à Bruxelles

 
 
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité
 

UNE

 

Actu

 

Sports

 

Régions

 

Medias

 

Buzz

 

Conso

 

Lifestyle - People

 

Retour aux articles

 
Retour au sommaire de la page
Page d'accueilUNE
 

La pipe de Magritte revient à Bruxelles

L'original revient à Bruxelles pour quatre mois ! Ce n'est toujours pas une pipe...L'original revient à Bruxelles pour quatre mois ! Ce n'est toujours pas une pipe...

Ceci n'est pas une pipe. La phrase interpelle puisque, sur le tableau de Magritte, elle se trouve juste en dessous... d'une pipe. Même l'explication du peintre est surréaliste : "Par définition, une pipe est faite pour être bourrée de tabac. Celle-ci, il est impossible de la bourrer. Donc, ce n'est pas une pipe." Pour cette raison, Magritte a intitulé le plus célèbre de ses tableaux La trahison des images.

L'oeuvre date de 1929. Magritte avait 30 ans. Il était alors une idole dans le petit monde encore fermé des surréalistes. Beaucoup de poètes. Raoul Breton, Paul Éluard, Aragon... Quelques peintres. Dali et lui. Magritte ira passer des vacances chez Dali.

Mais c'est en 1955, exposé à New York et à la Biennale de Venise, que l'art de Magritte est devenu un phénomène d'envergure mondiale. Les dix dernières années de sa vie ont été des années de gloire. Il est mort victime d'un cancer du pancréas le 15 août 1967, dans sa maison de Schaerbeek, au 97, rue des Mimosas. C'était il y a juste 50 ans.

Depuis ? Magritte est encore plus grand ! Le prestigieux musée Magritte, ouvert en 2009 sur la place Royale, à Bruxelles, accueille 300.000 visiteurs par an. On peut les guider dans neuf langues différentes. Avec, en plus, la langue des signes. 65 % des visiteurs sont des étrangers.

En 2015 une rétrospective Magritte a fait plus de 500.000 entrées au Japon. L'an dernier, c'était au Centre Pompidou à Paris. Isabelle Bastaits est chargée de communication : "Les spécialistes classent Magritte dans le Top 10 des peintres mondiaux."

À Bruxelles, 234 oeuvres sont exposées : la plus riche collection Magritte du monde. "Elle est aussi la plus exhaustive. Toutes les époques de Magritte sont présentées avec des tableaux dont on ne se doute pas qu'ils sont de lui."

De 1920 à 1925, Magritte faisait dans le cubisme, comme Picasso. "Ce serait une erreur de cantonner Magritte aux pipes, aux pommes, aux nuages ou aux chapeaux melon. Sa diversité est extraordinaire. Magritte, c'est comme un livre d'images. Il fait travailler l'imaginaire. Au musée, nous accueillons même des écoles maternelles et c'est toujours une expérience très chouette, parce qu'il y a, chez Magritte, un premier niveau qui est très accessible. Pour ces 50 ans, un mécène nous a offert des audioguides spécialement conçus pour les enfants et d'autres pour les adolescents."

Parmi les tableaux les plus célèbres exposés au musée, il y a deux versions de L'empire des lumières (un sujet que Magritte a décliné de 17 manières différentes). Il y a aussi La magie noire (un nu avec un fond de ciel sur le corps d'une femme), Le domaine d'Arnheim (une montagne à tête d'aigle) ou encore Retour de flamme (avec... Fantômas).

Mais l'original de la pipe de 1929 n'est pas ici. Il est exposé au LACMA de Los Angeles. À Bruxelles, il y a, par contre, une deuxième version, de 1952, avec la légende Ceci continue de ne pas être une pipe. Mais la grande nouvelle, c'est que le vrai revient à Bruxelles pour quatre mois : du 13 octobre au 18 février, une exposition temporaire lui sera consacrée. "Autour de la toile originale, nous regrouperons des oeuvres d'artistes qui ont travaillé le même thème, comme Keith Haring, ou dans le même esprit. Pendant cette période, le musée sera ouvert sept jours sur sept. C'est quelque chose que nous aimerions faire définitivement et ce sera l'occasion d'une période test. ."


"Magritte nous a permis de survivre !"

Il représente encore un volume d'emploi et il reste un ambassadeur pour le pays.

Golconde. L'autre tableau légendaire. Une pluie de Magritte(s), manteaux noirs et chapeaux melon, tombe dans les rues d'une ville. L'original se trouve à Houston, mais le musée de Bruxelles possède une gouache qui est probablement un travail de préparation.

Il y a, jusqu'au 3 septembre, sur la plage de Knokke, à hauteur du casino (qui abrite une fresque circulaire de Magritte de 70 m), une exposition dont le principal intérêt est un film avec lunettes 3D qui emmène à l'intérieur de l'oeuvre de Magritte. Ici, les Magritte(s) de Golconde semblent s'élever dans les airs. La pluie est à l'envers.

À partir du 21 septembre , c'est l'Atomium que Magritte va investir. On va y reconstituer avec meubles et accessoires les décors du peintre belge.

À Bruxelles, grâce au musée, Magritte continue, cinquante ans après sa mort, à fournir... de l'emploi. Isabelle Bastaits : "Combien ? Il est difficile de répondre directement à la question. Parce que tout le personnel est employé par l'ensemble des six lieux qui forment les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Nos guides, par exemple, sont formés pour guider dans les six musées. Mais le musée Magritte est, de loin, celui qui nous amène le public. Au total, nous employons 160 personnes. Il y a peu, nous en avions 300, mais notre dotation a été rabotée. Nous ne sommes pas loin de vivre sur nos fonds propres. Nous avons prêté des oeuvres de Magritte à 19 expositions internationales, de New York à Tokyo, et nous considérons qu'en diffusant le patrimoine national à l'étranger, nous contribuons à donner une belle image de la Belgique, qui peut amener des investisseurs au pays, au même titre que les autres manifestations promotionnelles. Mais le gouvernement ne nous soutient pas. Après les attentats, nous avons installé des portiques de sécurité, engagé des agents spécialisés, formé notre personnel... Mais lorsque le gouvernement a mis en place une task force pour soutenir les PME et les institutions culturelles gravement touchées par les attentats, personne n'a pensé à nous. C'est Magritte qui nous a permis de survivre."

 
 

 
Retour au début de la page
 

Outils

 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page